Bonjour à tous et bienvenue sur le podcast Partir étudier à l’étranger, le podcast qui vous fait voyager d’étudiant en étudiant en passant par quelques experts pour vous aider à partir étudier à l’étranger sereinement.

Aujourd’hui on se retrouve avec Tabata qui est chargée de communication chez Do It Abroad.

Cliquez-ici pour accéder au podcast sur iTunes.

Est-ce que tu peux te présenter et expliquer rapidement ce que propose Do It Abroad ?

T : Comme tu l’as dit que m’appelle Tabata, je suis chargée de communication chez Do It Abroad. Do It Abroad est une plateforme qui permet aux étudiants français de trouver leur diplôme à l’étranger. On est un véritable intermédiaire entre les Français et les étudiants à l’étranger. Au sein de la plateforme, ils peuvent trouver leur diplôme et ensuite s’inscrire gratuitement et en autonomie ou alors choisir l’offre d’accompagnement où on va les accompagner dans leur projet, choisir le pays et domaine qu’ils souhaitent étudier jusqu’à mettre en place leur logement sur place.

E : Petite précision, Do It Abroad s’occupe essentiellement des “freemovers”, des gens qui partent seuls et non pas avec un programme d’études comme Erasmus, c’est bien cela ?

T : Oui exactement.

E : Je voulais commencer ce podcast avec un chiffre que tu m’as communiqué.

Sur 80% des jeunes qui veulent partir, seulement 2% le font vraiment.

J’avais envie de parler des freins qui retiennent la majorité des jeunes à partir… Est-ce que c’est plutôt le coût financier, l’éloignement de la famille, le niveau de langue qui les empêchent de partir ?

D’après toi, pourquoi nous sommes si peu à partir réellement ?

T : D’après moi, il y a beaucoup d’idées reçues.

Premièrement, les études paraissent chères, les étudiants pensent souvent que c’est réservé à une élite alors qu’en fait, c’est comme en France. Il y a même certaines universités qui sont gratuites, au Danemark ou en Écosse par exemple.

Ensuite, il y a aussi le fait de ne pas pouvoir partir parce qu’on a un niveau peut-être trop faible en anglais. Donc il faut savoir que certains diplômes ne demandent pas de test d’anglais. Et encore une fois, l’objectif lorsqu’on part étudier à l’étranger c’est de devenir bilingue donc partir bilingue, ça n’a pas toujours un d’intérêt pour l’expérience, mais c’est surtout l’objectif final.

Aussi, les étudiants me disent souvent qu’ils ont peur qu’il n’y ait pas de reconnaissance de leur diplôme en France donc que ce sera difficile pour eux de revenir travailler en France. Alors il faut savoir que, au contraire, c’est très valorisé par les employeurs non seulement pour l’expérience parce que ça prouve qu’ils peuvent faire preuve d’adaptabilité, d’ouverture d’esprit et qu’ils ont une connaissance d’une autre culture.Et aussi pour le niveau d’anglais. Comme on le sait, beaucoup de Français ont un niveau assez faible en anglais donc ça permet de sortir du lot à ce niveau-là.

Et il y a aussi les étudiants qui ont simplement peur de l’échec, ils ont peur d’être mal notés, de perdre une année parce qu’ils ne sont pas compétents donc il faut savoir aussi que les universités elles sont très indulgentes par rapport aux étudiants internationaux. Ils jugent la qualité des réponses plutôt que le niveau d’anglais parce qu’ils savent qu’ils ont à faire à des étudiants dont ce n’est pas la langue native.

Et il a également ce que tu as pu dire, la peur d’être éloigné de sa famille. La, je vais répondre que, tout simplement, dans le monde dans lequel on vit, c’est quand même assez simple de communiquer à travers le monde et que si c’est un vrai problème, il y a toujours la possibilité de partir pas trop loin et du coup pouvoir revenir pour des événements importants ou pour Noël, les anniversaires ou les choses comme ça.

Est-ce que tu pourrais nous dire quel est le profil idéal selon toi pour partir étudier à l’étranger s’il y en a un ?

T : Pour moi, il n’y a vraiment pas de profil idéal, tout le monde peut partir étudier à l’étranger et justement c’est pour ça qu’on se bat nous. On veut vraiment démocratiser les études à l’étranger après la seule chose qu’il faut, c’est de la motivation, il faut être super motivé.

Aussi,comme conseil, pour rentabiliser au mieux ses études à l’étranger, il ne faut pas oublier de travailler forcément parce que c’est le cliché aussi qui fait voir quand on part avec Erasmus et surtout, ne pas fréquenter que des français parce que sinon le niveau d’anglais ne va pas forcément beaucoup évoluer et le but c’est quand même de se servir de cette expérience à 100%.

E : C’est un peu près ce que je pense aussi d’Erasmus donc on est à peu près raccord sur ça.

Et du coup, est-ce que tu as quelques conseils que tu pourrais nous donner pour dépasser nos freins ?

T : Pour dépasser nos freins, le mieux c’est peut-être de parler de son projet à des gens qui l’on déjà fait. Parce que des retours d’expériences ça permettra sûrement de mieux se projeter et de dépasser justement ses freins. Après, il faut aussi bien penser à se renseigner sur le pays dans lequel on souhaite aller pour mieux comprendre la culture, ça permettra aussi de mieux se projeter et d’être assez préparé en cas de mauvaises surprises s’il y en a.

E : Ce que j’ai compris c’est que Do It Abroad permet tout ça en tout cas vous avez l’accompagnement qui permet d’accompagner les jeunes.

Et qu’est-ce que vous proposez concrètement pour aider ses jeunes à dépasser leurs freins ?

T : Comme je le disais au début, notre mission est de démocratiser les études à l’étranger. C’est pourquoi on permet aux Français de trouver leur diplôme à l’étranger et de s’y inscrire gratuitement sur notre plateforme. C’est vraiment important pour nous.

Donc, ça va être le fait de postuler à Do It Abroad plutôt que directement au site de l’université.

Donc, déjà on va être un intermédiaire français qui répond aux questions des étudiants ensuite, on a des critères d’admission qui sont négociés avec nos universités partenaires donc ça facilite aussi l’inscription.

Les candidatures des étudiants qui passent par nous vont être valorisées grâce aux relations qu’on va avoir avec les services d’admission.

Ça va être également plus rapide et puis ça leur permet également d’avoir accès à une communauté étudiante internationale qu’on a au sein de Do It Abroad et qui va permettre d’être mieux intégré une fois sur place.

Si tu étais en face d’un étudiant qui a peur de partir et qui a encore un peu des freins, quels arguments tu lui donnerais pour le convaincre de partir ?

T : Je vais dire une petite citation du coup, c’est que « Si vous pensez que l’aventure est dangereuse, essayez la routine… Elle est mortelle ! ». On a qu’une vie donc il faut être courageux et il faut être soi-même. C’est comme ça autant en France qu’à l’étranger et du coup, le fait de partir ça sera vraiment un avantage énorme pour eux. Et, je ne connais personne qui a fait cette expérience et qui n’en ai pas revenu grandi donc, faites-le.

E : Je crois qu’il a 90% d’étudiants qui partent qui sont satisfaits de leur Erasmus.

Est-ce que tu as quelques choses à rajouter ?

T : J’aimerais revenir sur la question que tu as pu me poser sur le profil idéal, c’est important d’avoir des bonnes notes en France comme à l’étranger. Des bonnes notes ou plutôt un bon cerveau.

Pour partir à l’étranger, ce qui est super important c’est d’être ouvert d’esprit. Parce qu’on met les pieds dans endroit qui n’est pas familier donc savoir s’adapter. Et du coup, être humble et savoir accueillir la différence pour s’ingérer au mieux dans ce nouveau pays.

E : Merci beaucoup pour ce moment. Je vous invite à vous rendre sur le site de do-it-abroad.com. N’hésitez pas à noter ce podcast sur iTunes et je vous dis à très bientôt pour de nouveaux témoignages et interviews !

Lien du site de Do It Abroad : https://www.do-it-abroad.com/

 

Partager :
  •  
  •  
  •  

De retour d'Erasmus en Irlande, j'ai tellement aimé cette expérience que j'ai décidé de créer ce blog Destination Erasmus pour te donner des astuces simples et utiles pour t'organiser et partir toi-même... Destination l'Etranger !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu

Recevez votre guide pour partir sereinement en Erasmus et réussir votre année :